Maison de Saké Daishichi Maison de Saké Daishichi Maison de Saké Daishichi

Le parc à thèmes Daishichi

| Partageons quelques secrets de la méthode Kimoto | Le polissage du riz ultra-plat |
| Visite de la brasserie de saké | Une chai^ne d’embouteillage de nouvelle génération |

Het volledige compendium voor brouwen met de kimoto-methode

Les joies du Kimoto

Bienvenue dans le monde merveilleux du Kimoto !
Entrez dans le monde du Kimoto, vous y découvrirez un univers de grande qualité et de richesse tout à fait inégalable par les méthodes modernes de fabrication du saké. Pour nous, la distinction va bien plus loin que le simple coefficient de polissage du riz. Quel est donc le secret ? La profondeur de l’arôme.


L’harmonie des riches saveurs du saké

Le brassage du saké Kimoto est synonyme de luxe, de richesse intense. Avec la méthode Kimoto, les transformations microbiennes complexes prennent plus du double de temps que pour un saké ordinaire. Le saké arrive lentement à son épanouissement à basse température, de façon que toute une gamme d’éléments puisse fusionner parfaitement, en une harmonie de saveurs impossible à atteindre avec les méthodes modernes plus simplistes.

Le bourguignon Jean-Claude Wallerand, est un spécialiste des vins blancs secs. « À la différence des autres sakés japonais, commente-t-il, le Daishichi a une solide charpente et une texture structurée similaire à celle du vin, mais certainement sans tanin. Ce junmai daiginjo me rappelle beaucoup un blanc de blanc (vin blanc fait de raisin blanc). Il sera encore meilleur après une maturation de deux ou trois années supplémentaires. »


Daishichi a également reçu les louanges sans réserve de plusieurs producteurs de Montrachet, souvent considéré comme « le roi des vins blancs » et l’une des plus prestigieuses appellations. Le saké Kimoto partage certaines valeurs universelles avec des vins de cette envergure.


Marc Veyrat, le célèbre chef de « L’auberge de l’Eridan », un trois étoiles au Michelin, a lui aussi attiré l’attention sur l’excellence des sakés Daishichi : « Je sens qu’ils résonnent avec mes propres idéaux. Ils obéissent à un principe tout simple : faire ressortir la meilleure saveur absolue de leurs ingrédients. C’est splendide. »


Bruno Bozzer est chef sommelier dans le même restaurant. Ouvrant une bouteille de Daishichi, il est émerveillé par son riche bouquet, mais que pense-t-il du goût ? « Un moelleux équilibré, avec une délicatesse similaire à celle d’un bon vin et une profonde intensité. Un arôme extrêmement moelleux, réconfortant, mais gouleyant. En fait, je n’avais jamais rencontré de saké aussi remarquablement gouleyant. La longueur en bouche est aussi exceptionnelle ; une fraîcheur piquante, enveloppante, comme une clairière de forêt. » (Extrait de Dancyu, un magazine publié par President)

dancyu

Quelle est l’origine de cette fraîcheur qui a si agréablement surpris M.Bozzer ? Il semble que le secret réside dans cette particularité du Kimoto : des couches d’acidité parfaitement équilibrées et la façon dont la saccharification du saké s’élabore. Mais comment l’amidon du riz étuvé est-il saccharifié ? Ce n’est pas simple…La légèreté de la saveur et le degré de fraîcheur piquante dépendent de la teneur relative de dextrine et de glucose dans le produit fini. La dextrine est une grosse molécule qui se décompose en molécules de glucose plus petites sous l’action d’enzymes de saccharisation. La première étape de fermentation Kimoto permet aux enzymes de saccharisation d’agir en accélérant le processus. Il en résulte une fraîcheur piquante, alliée à une saveur merveilleusement riche et dense.


RETOUR | SUIVANT


FAQ

Maison de Saké Daishichi
1-66 Takeda, Nihonmatsu,
Fukushima 964-0902, JAPAN
FAX: +81 243-23-0008
E-mail:info@daishichi.com

Nous acceptons vos demandes de renseignements en anglais ou en japonais.